Entre misogynie et manque d’imagination

Les affiches électorales

Métalliques, peints en blanc, en vert ou en bleu, les tableaux réservés aux affiches électorales ne sont, majoritairement, pas encore utilisés par les partis et les candidats.

Cependant, sur la Toile, de nombreuses affiches circulent déjà et certaines ont enflammé les réseaux sociaux par leur manque d’imagination, leur improvisation…, bref leur manque de professionnalisme. Les plus choquantes sont celles où les candidates sont présentées sans visage. Dénoncée lors des dernières législatives, cette pratique discriminatoire qui rend les femmes invisibles n’a malheureusement pas disparu des mœurs politiques. Ce qui a permis aux internautes de s’en donner à cœur joie, en tournant en dérision les candidates.

Contrairement au scrutin du 4 mai dernier, où cette pratique a été tolérée et même justifiée, la HIISE (Haute instance indépendante de surveillance des élections) a déjà saisi l’administration locale pour interdire les affiches de trois partis politiques, dans trois communes différentes, pour avoir présenté des candidates sans visage. «C’est une pratique interdite. Qu’ils soient hommes ou femmes, les candidats doivent être clairement identifiés et leurs photos publiées sur les affiches.

A chaque fois que la HIISE est saisie, les walis sont automatiquement instruits pour intervenir», a déclaré une source de la haute instance. Les partis qui ont recouru à cette pratique sont nombreux. Les quelques affiches diffusées sur le web sont révélatrices. Nous pouvons citer le cas de cette liste de candidats pour les sièges de la commune de Sidi Amrane, où une femme, diplômée en psychologie, est présentée sans visage.

Mieux encore, les sept candidates inscrites sur la liste électorale de l’APC de Tiaret sont visibles, mais avec un voile noir qui leur couvre la tête. Parmi elles, une étudiante, une femme au foyer, une commerçante, mais aussi d’anciennes élues qui se représentent. Il en est de même pour la liste de la commune de Metlili Chaamba à Ghardaïa, où la seule candidate présente n’a pas de visage.

Le MPA, par exemple, n’a pas trouvé mieux que de mettre une rose à la place des photos de deux de ses candidates de la commune de Aïn Lahdjar. D’autres affiches se caractérisent par un manque d’imagination frappant. Le cas de celle du Front Al Moustakbal est révélateur. Sous le titre «Les aigles de l’avenir», les candidats de la commune de Benaceur Benchohra, de la wilaya de Laghouat, sont présentés en kamis et chéchia, assis sur les ailes d’un aigle en vol. L’image est frappante. Elle a suscité un nombre de partage incroyable et des commentaires virulents à l’égard des partis, mais surtout des candidats. Une réaction qui réduit considérablement l’image, déjà assez ternie, de l’élu(e) en Algérie.

Salima Tlemçani

Article Original